Octobre 2009 - Témoignage d'un fou

     2137
20 Comments    06-10-2009


A l'occasion d'un dossier spécial Grand raid, je réponds à quelques questions d'un journaliste local : Lukas Garcia.

Est ce ton premier Grand Raid ? Non, mon deuxième. Si non, quels souvenirs gardes tu de ta toute première fois. (Stress, anecdote...) Après le semi raid en 2007, j’ai décidé de m’inscrire sur le grand raid 2008. Malheureusement pour moi, durant ma préparation, j’ai passé plus de temps chez la kiné que dans les sentiers. J’ai tout de même décidé de m’aligner en sachant que les douleurs tendineuses allaient vite se réveiller et qu’un abandon était plus que probable. Si cette douleur physique m’a laissé tranquille (et je remercie encore ma kiné !), j’ai du gérer une autre souffrance, plus vicieuse, plus psychologique je parle de la douleur mentale….. L’abandon a été si proche au pied du col du taibit. La beauté de l’aventure, du paysage, le soutien de mes proches, la solidarité des autres participants, des bénévoles m’ont servi de prothèse mentale et m’ont permis de vivre un moment très fort à savoir mon arrivée à la redoute après 49 heures d’effort. Cette première diagonale a été avant tout une superbe expérience humaine, riche de rencontres, avec ces moments d’euphorie (le départ, l’arrivée), de silence (la montée du volcan), de tourmente cérébrale (j’abandonne ou pas), de peur (lorsqu’un concurrent dans l’ascension du taibit saisi de crampes a fait une chute dans le ravin. Je l’ai aidé à remonter sur le sentier), d’étrangeté (un raideur avec son bip de voiture cherchant son véhicule à roche plate…. Surement l’effet d’une déshydratation avancée), de fierté (dans le regard de mes proches),….. Entrainement. Quel a été ta manière de t'entrainer pour préparer la course. Es tu du genre pointilleux et très rigoureux ou préfères tu t'entrainer à la "sensation". Pourquoi ? J’aime maitriser mes courses et donc ma préparation. Deux entrainements hebdomadaires se passent au sein de mon club (« deniv ») sous les conseils avisés de mon coach Eric Lacroix. Le reste et bien j’adapte mon planning avec généralement des footings et une sortie longue le week end (de 3 à 14 h). Souvent seul, j’apprécie de me retrouver en communion avec la nature avec un maximum de plaisir… Le paysage réunionnais me change de ma Bretagne natale. Cette année, j’ai profité de longues courses comme l’arc en ciel ou la cimasa pour manger des kms et du dénivelé. Je pimente ma préparation avec les conseils trouvés dans les revues et forums spécialisés, ou encore auprès de mon collègue qui n’est autre qu’Arnaud Moel. Après chaque séance, je n’oublie pas les étirements, essentiels mais souvent trop oubliés par nous autres. Le premier objectif du grand raid reste quand même d’arrivée au départ sans blessures. Alimentation. Quelle sera ta "politique" d'alimentation durant la course ? As tu des petits "trucs", des petites recettes qui ont fait leur preuve ? Durant la course, pour l’apport glucidique, je prendrai en priorité une alimentation liquide sous forme de gel. Le solide, et bien je ne le digère pas et je n’en ai tout simplement pas envie durant l’effort. Toutefois, je ne dirai pas non à quelques carrés au chocolat, raisins secs, pain d’épices trouvés sur les tables de ravitaillement. De plus, mon assistance m’offrira un petit plaisir sous forme de petits gâteaux apéritifs salés qui feront office de produits anti-crampes. Pour finir, vive la soupe, rien de tel pour réchauffer le coureur. Matériel. Quelles sont tes choix en matière de matériel (chaussures, sacs...) Es tu genre à courir "léger" ou à privilégier le confort ? Pourquoi ? Ayant la chance d’avoir une assistance mobile et nombreuse, je vais courir le plus léger possible. Mes choix sur mon matériel sont arrêtés depuis début septembre. J’ai essayé tout l’équipement et ne rajouterai pas de nouvelles choses pour éviter les mauvaises surprises. Sur l’épreuve, j’utiliserai deux paires de chaussures : une légère du départ à Cilaos, une plus lourde mais surtout plus stable pour les montagnes « russes » de Mafate. De Cilaos, je repartirai un peu plus lourd puisque je prendrai un équipement plus fournit pour la nuit qui peut être très longue et très froide. Si on peut maitriser la montée du volcan, on ne connaît pas notre état lors de la deuxième, voire la troisième nuit. Après une mauvaise expérience d’éclairage l’année passée, j’ai essayé de ne rien laissé au hasard. Je partirai cette année avec une frontale puissante ainsi qu’une lampe à main. Sinon, ne pas oublier de mettre de la crème anti frottement sur les zones sensibles telles que les pieds mais aussi les tétons ! Cela peut être extrêmement douloureux…. Croyez-moi… Autre petite astuce : je dispose une bande d’élastoplasme au bas du dos pour éviter toute brulure dut aux frottements du sac sur la peau. Chaque course apporte son lot d’expériences, et toute la richesse du trail est dans cette complexité à gérer tout un tas de paramètres. Gestion de la course. Es tu du genre à planifier tout tes temps de passage ? Ou privilégies tu la "sensation" tout au long des heures de course... Si je pars avec une planification assez précise de mes temps de passage, une fois partie, je laisse parlez mes sensations et me détache progressivement de mes prévisions. J’essaye de me faire confiance et de n’écouter qu’une seule personne, moi-même. L’erreur est de partir trop vite, suivre un copain qui nous double, de s’obliger à garder un rythme soutenue pour arrivée a l’heure fixée à un point de ravitaillement,….. Peut être que ce système va fonctionner pendant 70kms, mais il ne faut pas oublier que l’on participe à une épreuve très longue et éprouvante….. Le corps peut dire stop. Assistance. Bénéficies tu d'une grande assistance tout au long du parcours ? Comment es tu organisé ? J’ai la chance d’avoir une assistance au top. Le team N.A.G (Natacha (ma femme)- Amandine- Gislaine) me suivra tout au long de ma traversée. Elles font en quelques sortes leur grand raid. En voiture, elles seront à st Philippe, au volcan, du côté de la rn3, à Cilaos, au pied du taibit, à Dos D’âne, au Colorado puis à l’arrivée si tout se passe bien. Elles seront là pour m’assister au niveau du matériel mais également pour me soutenir. Elles ont l’obligation de me faire repartir si je parle d’abandon alors qu’au niveau physique tout va bien. A cela s’ajoute, les supporters de métropole qui suivront mon avancée via internet sur le site de l’organisation. Quels conseils donnerais tu à ceux qui vont s'élancer pour la toute première fois ? L’important ce n’est pas que de participer à cette aventure, c’est bien de la finir !!!! Mais pas au détriment de notre santé. Si ce n’est pas cette année, ce sera l’année prochaine. L’important c’est de finir, mais pas à tout prix !!!! Ecoutez votre corps, prenez du plaisir, vous participez à une aventure extrême…ment humaine au cœur d’une nature à préservée.

Entrez dans l'univers si particulier de Arnaud.... un monde où s'entremellent de nombreux mots tels la découverte, l'aventure, le voyage,de la bretagne à la réunion.....

Catégories